Sommes-nous à un moment historique inégalé pour investir dans le pétrole ? Ces derniers mois, nous avons assisté à l’une des tempêtes les plus convulsives et les plus complexes de l’industrie pétrolière ; une tempête qui a non seulement fait sombrer le prix du baril de pétrole brut, mais a également réalisé quelque chose qui n’était jamais arrivé auparavant : le pétrole s’est négocié en valeurs négatives.

Face à cette opportunité inégalée, nombreux sont ceux qui envisagent d’investir dans le pétrole. Cependant, le pétrole brut et son prix sont soumis à une série de conflits, de tensions et de dynamiques géopolitiques qui, en raison de leur complexité, font souvent fuir les investisseurs potentiels.

Heureusement, vous avez devant vous un article qui, comme un executive summary, vous donnera les clés contextuelles et les arguments les plus importants pour comprendre le marché pétrolier et pouvoir y investir avec succès. En outre, nous vous expliquerons les instruments financiers que vous pouvez utiliser pour investir dans le pétrole (dont certains avec des commissions à 0%).

Le contexte essentiel à connaître avant d’investir dans le pétrole

L’incertitude causée par le COVID-19 et son effet sur le pétrole : une opportunité unique pour l’investisseur ?

La pandémie mondiale touche presque tous les pays de la planète et pose beaucoup d’incertitudes pour l’avenir. À l’heure actuelle, nous savons seulement que l’économie est encore malmenée par la pandémie, mais nous ne savons pas encore à quel point la récession sera sévère jusqu’à ce que nous en sortions.

Beaucoup s’attendent à une reprise en V de l’économie. Bien qu’à ce stade, il semble plus plausible de penser que l’économie se redressera en forme de logo Nike ; c’est-à-dire que l’économie ne retrouvera pas son niveau d’avant la pandémie avant la fin de 2021, voire plus tard.

oil demand decline
L’économie mondiale a été affectée par la pandémie de COVID-19, qui a entraîné une baisse de la demande de pétrole et fait baisser le prix du baril de Brent.

Dans n’importe lequel des scénarios ci-dessus, de nouvelles entreprises entreront en scène, beaucoup n’existeront plus et d’autres sortiront beaucoup plus fortes de la pandémie. Mais, en toute certitude, l’économie mondiale continuera d’avoir besoin de pétrole pour poursuivre sa route.

En d’autres termes : Ce n’est qu’une question de temps avant que la demande mondiale de pétrole (et, par conséquent, son prix) ne revienne à la normale.

Le pétrole et son importance dans l’économie mondiale

Lorsqu’Edwin Drake a découvert le pétrole en 1864 dans la petite ville de Pithole City, en Pennsylvanie (USA), il n’a jamais imaginé la répercussion que ce vicieux liquide noir aurait sur le monde, celui-là même qui serait plus tard appelé de “l’or noir” à “l’excrément du diable”.

La pertinence du pétrole dans tous les secteurs de l’économie mondiale fait de son prix un objet d’obsession sur les marchés financiers. Sur le NYMEX à New York et à Londres, les deux plus grands marchés à terme de pétrole brut au monde, près de 30 fois la quantité quotidienne de pétrole dont les pays de la planète ont besoin pour fonctionner peuvent être échangées en une journée.

En octobre 2016, la taille de l’industrie de la production de pétrole brut a atteint 1 700 milliards de dollars, soit près de 3 fois plus que les 660 milliards de dollars générés par toutes les autres matières premières majeures. En 2019, la consommation mondiale a atteint en moyenne 100 millions de barils de pétrole par jour.

La consommation mondiale de pétrole n’a fait que croître. En effet, même pendant la crise de 2008, la consommation de pétrole a été à peine affectée.

oil consumption and production
Ces dernières années, la consommation et la production mondiales de pétrole n’ont fait qu’augmenter, et cela devrait se poursuivre pendant des décennies. Source : La Administration américaine d’information sur l’énergie.

Depuis le premier choc pétrolier en 1973, les grandes économies, en particulier les États-Unis, ont été mises en échec lorsqu’il y a eu une flambée des prix. En conséquence, les États-Unis ont développé la technologie de la fracturation hydraulique ou “fracking” qui pompe de l’eau, du sable et des produits chimiques sous terre à haute pression pour libérer le pétrole et le gaz.

La fracturation s’apparente davantage à la fabrication qu’à l’exploration et à la production pétrolières traditionnelles. Il est standardisé, bénéficie de gains de productivité rapides et le processus démarre et s’arrête selon que le prix est supérieur ou inférieur à 50 dollars le baril (en dessous de ce prix, le processus coûteux n’est pas rentable). Selon l’AIE, l’Agence internationale de l’énergie, aux États-Unis, environ la moitié de la production totale de pétrole brut provient de la fracturation.  En outre, le bassin permien, foyer de l’industrie américaine de la fracturation, produit déjà plus de pétrole que les membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), y compris l’Arabie saoudite et l’Irak.

Bien que la tendance mondiale soit à la “décarbonisation” et à la “défossilisation” de l’économie, en utilisant et en promouvant de nouvelles sources d’énergie (renouvelables, telles que l’éolien et le solaire), il n’en reste pas moins vrai que le pétrole continue d’avoir un grand poids spécifique dans l’économie internationale et continuera de le faire au cours des prochaines décennies jusqu’à ce que se réalise une transition énergétique des fossiles vers les renouvelables dans laquelle le pétrole n’aura plus le poids qu’il a dans l’économie actuelle.

La guerre des prix : Un scénario favorable pour investir dans le pétrole?

Pour comprendre les conflits qui se sont produits récemment avec le prix du pétrole, il suffit de considérer les aspects suivants :

  • En termes généraux, le prix du pétrole est établi par la simple loi de l’offre et de la demande. La pandémie de COVID-19 a provoqué une forte baisse de la demande.
  • Les puissances pétrolières ont continué à extraire des barils de brut bien au-delà de la consommation mondiale, ce qui fait que l’offre dépasse de loin la demande.
  • Le pétrole excédentaire peut être stocké, en attendant que les prix remontent pour être vendu à un prix “normal”. Cependant, récemment, la limite mondiale de stockage du pétrole a été atteinte, c’est pourquoi le pétrole s’est négocié dans le négatif (vous étiez payé pour “prendre” les barils, car il n’y avait plus de place pour les stocker).

Ceci étant dit, comment la récente guerre des prix du pétrole a-t-elle éclaté?

En mars 2020, le pacte entre l’Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés, aussi appelée OPEP+ (23 pays au total) a échoué dans sa tentative de stabiliser la production mondiale pour l’ajuster à la demande réelle qui était en pleine pandémie. Cela a déclenché une guerre de marché entre la Russie et l’Arabie saoudite qui a plongé le prix des principaux mélanges à des niveaux de 20 dollars par baril.

Russie et Arabie saoudite guerre des prix du pétrole
La Russie et l’Arabie saoudite ont entretenu une impulsion pour prouver leur force qui s’est terminée avec le prix du pétrole à des niveaux records.

Ils ont ensuite été contraints de réduire la production mondiale de pétrole de 9,7 millions de barils du 1er mai 2020 à avril 2022. L’accord n’a pas été sans drame ni tension, car si la plupart des compagnies pétrolières, privées et publiques, ont annoncé des coupes dans leurs plans d’investissement pour 2020, la compagnie publique Petroleos Mexicanos (Pemex) a maintenu sa stratégie budgétaire inchangée.

Malheureusement, l’accord pétrolier entre l’OPEP, le cartel de l’énergie, et le Mexique a été une victoire à la Pyrrhus car la pandémie continue de croître et la demande continue de s’effondrer. En conséquence, l’Arabie saoudite a récemment déclaré une réduction supplémentaire d’un million de barils par jour à compter du 1er juin 2020. Immédiatement, le marché a réagi et les prix ont légèrement augmenté.

Comme on peut le voir, la fixation des prix du pétrole est un processus complexe et fait intervenir à la fois les lois du marché et les intérêts géopolitiques. Grosso modo, les puissances pétrolières mondiales ont joué à se faire du mal en refusant de réduire leur production (ou en le faisant trop tard).

Elles ont entretenu un bras de fer pour démontrer leur force, grâce auquel elles ont fait chuter le prix du baril de pétrole brut et créé un scénario idéal pour investir dans le pétrole.

À ce stade de l’article, nous avons déjà établi le contexte nécessaire. Les bases étant posées, revenons à la question qui nous occupe : Pourquoi investir dans le pétrole en plein milieu de l’année 2021 ?

4 Raisons d’investir dans le pétrole dès maintenant

1. Une vaccination massive avant la fin de l’année et un retour à une demande normale de pétrole

À l’heure actuelle, on s’attend à ce que d’ici la fin de l’année 2021, une grande partie des pays du monde aient réussi à atteindre la fameuse immunité de groupe en parvenant à vacciner plus de 80% de leur population. En d’autres termes, il y a des raisons d’être optimiste à moyen terme.

covid vaccine demand
La proximité du vaccin COVID-19 nous indique que ce n’est qu’une question de temps avant que la demande (et le prix) du pétrole ne revienne à des niveaux normaux.

En outre, presque toutes les puissances mondiales et leurs principales entreprises pharmaceutiques travaillent contre la montre en produisant autant de vaccins que possible et en améliorant les vaccins existants pour qu’ils soient efficaces contre les nouvelles variantes et souches du COVID-19.

Sur la base de ce qui précède, nous pensons que la baisse de la demande de pétrole prendra fin à la fin de cette année, ce qui impliquera une hausse des prix du pétrole brut par baril.

2. Réductions de l’OPEP+ et de l’Arabie saoudite

Les initiatives de l’OPEP+ et du G20 auront un impact sur le marché pétrolier de trois manières. Toutes contribuent déjà ou contribueront à la hausse des prix du baril de pétrole brut et de ses dérivés directs :

  • La réduction de la production de l’OPEP+ en mai pour atteindre la ligne de base sera en fait de 10,7 mbd (millions de barils par jour) et non de 9,7 mbd. Cela apportera un relief immédiat à l’excédent d’offre dans les semaines à venir, en réduisant le pic de constitution des stocks.
  • Quatre pays (Chine, Inde, Corée et États-Unis) ont offert leur capacité de stockage stratégique à l’industrie pour stocker temporairement les barils non désirés ou envisagent d’augmenter leurs stocks stratégiques pour profiter de la baisse des prix. Cela créera une marge supplémentaire pour l’accumulation imminente des stocks.
  • Les autres producteurs, les États-Unis et le Canada en tête, pourraient voir leur production baisser d’environ 3,5 mbj dans les prochains mois en raison de l’impact de la baisse des prix. La perte de cette offre, combinée aux réductions de l’OPEP+, entraînera une pénurie sur le marché au second semestre 2020.
Accords pétroliers de l'OPEP
Les accords internationaux qui ont été conclus devraient avoir un impact positif sur le prix du baril de pétrole à moyen terme, qui pourrait retrouver en quelques mois les cotations de début 2020.

Si la production baisse fortement et que la demande commence à se redresser, la demande dépassera l’offre au second semestre 2021. Cela permettra au marché de commencer à réduire les stocks excédentaires massifs qui se sont accumulés au premier semestre 2020. Ce scénario va exercer une pression à la hausse sur les prix du pétrole avant la fin de l’année.

3. La baisse des dépenses de production pétrolière aura un impact sur l’offre future de pétrole

Un autre élément à prendre en compte dans l’analyse du marché pétrolier est la baisse significative des dépenses d’investissement des entreprises dans l’exploration et la production en 2020. On estime qu’elles chuteront d’environ 32 % par rapport à 2019 et ne seront que de 335 milliards de dollars, soit le niveau le plus bas depuis 13 ans. On s’attend donc à ce que la production ne soit pas en mesure de répondre à la demande lorsque celle-ci augmentera avec le retour à la normale. Nous pensons que ce scénario contribuera sans équivoque à la hausse des prix du pétrole par baril, même à des niveaux supérieurs à ceux d’avant la pandémie.

oil price quote
Le graphique nous montre le prix actuel du baril de pétrole (juste au-dessus de 34 $) et son prix avant la pandémie : plus de 63 $ le baril à son apogée. Source : Investing.com

4. Les compagnies pétrolières sont suffisamment solides pour résister à la crise

Regardons un instant Shell, l’une des plus grandes multinationales du monde et l’une des 4 plus grandes entreprises du secteur pétrolier : malgré un très bon premier trimestre, Shell a réduit son dividende dans un geste qui a surpris presque tout le monde. Cependant, la direction veut préparer l’entreprise à des temps encore plus difficiles, ce qui est un objectif prudent et conservateur.

Oil investment Shell
Shell, l’une des principales compagnies pétrolières du monde, opte pour une stratégie défensive et conservatrice pour maintenir sa force.

Shell a une dette importante dans son bilan, mais ne devrait pas avoir de problèmes d’illiquidité pour les raisons suivantes :

  • Elle a une note de crédit AA2, ce qui lui donne l’un des bilans les plus sains de son secteur.
  • L’entreprise est bien diversifiée tant sur le plan géographique que sur celui de ses unités d’affaires. Ainsi, le raffinage, le marketing, le GNL, les produits chimiques, etc, fournissent des revenus importants en période de bas prix du pétrole.
  • La réduction du dividende signifie que Shell économisera 10 milliards de dollars l’année prochaine, ce qui atténue le besoin de liquidités.
  • Parce qu’elle est une société basée en Europe, Shell bénéficie des achats d’obligations de la Banque centrale européenne, ce qui lui donne accès à une dette à faible taux d’intérêt.
  • Le fait que la direction de Shell ait décidé de réduire le dividende, malgré son bilan robuste et sa solide génération de liquidités au premier trimestre, soulève la question de savoir si ses concurrents vont l’imiter. La stratégie prudente de Shell peut avoir un effet négatif à court terme sur le cours de l’action de la société – en réduisant les dividendes, ses actions peuvent sembler moins attrayantes pour les investisseurs – mais elle renforce encore l’avenir à moyen terme de la multinationale.

Shell a la dette nette (ajustée de la trésorerie) la plus élevée de son bilan, à 48 milliards de dollars. Ses pairs, BP (BP) et Exxon Mobil (XOM), ont presque autant de dettes, tandis que Total (TOT), Chevron (CVX) et surtout ConocoPhillips (COP) en ont beaucoup moins. Parce qu’en termes absolus, la dette nette ne dit pas grand-chose, il est judicieux de la mesurer par rapport aux actifs et/ou à l’EBITDA.

Sur la base de la résilience du bilan, Exxon Mobil et BP semblent un peu plus faibles que Shell, tandis que Total, Chevron et ConocoPhillips ont des bilans plus solides. Tout cela montre que presque toutes les entreprises du secteur sont solides et, sous une bonne gestion, vont sûrement survivre une fois la pandémie terminée, c’est pourquoi nous les recommandons soit par le biais d’un ETF, soit en y investissant directement.

Comment investir dans le pétrole ? Les instruments financiers pour articuler l’investissement

En guise de conclusion, nous pensons qu’il est fortement conseillé d’investir dans le pétrole quel que soit l’horizon d’investissement. Nous considérons qu’il est très probable que le prix du pétrole se situe aux alentours de 90 dollars le baril d’ici la fin de l’année 2021.

Investissement dans le pétrole
Le moment historique actuel représente une opportunité inégalée d’investir dans le pétrole. Il ne reste plus qu’à choisir le produit financier adapté à chaque profil d’investisseur

Dans cette section, nous verrons les instruments les plus courants et les plus recommandés que nous trouvons pour investir dans le pétrole à travers le courtier eToro. com, une plateforme d’investissement utilisée par plus de 10 millions d’utilisateurs, basée à Londres et autorisée par la CySEC et la FCA (l’autorité de régulation britannique).

La première étape pour pouvoir investir dans le pétrole (et ses produits dérivés) est d’ouvrir un compte chez le courtier mentionné si vous n’en avez pas déjà un.

Avis juridique et de risque : eToro est une plateforme multi-actifs qui propose des produits CFD et non CFD. 67% des comptes d'investisseurs particuliers perdent de l'argent lorsqu'ils négocient des CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous demander si vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.

> Allez sur eToro.com pour ouvrir un compte entièrement gratuit <

Un autre point important en faveur d’eToro est qu’il offre plusieurs de ses produits avec 0% de commissions et vous permet d’ajouter des fonds à votre compte immédiatement par carte de crédit, Paypal, ou virement bancaire (entre autres).

En outre, eToro a passé avec succès notre processus de vérification et d’audit : ce qui signifie qu’il dispose de toutes les garanties, de la sécurité, de la fiabilité et des normes de liquidité que nous exigeons d’un courtier pour passer avec succès nos normes élevées.

Avec cette première étape achevée, voyons quels sont les instruments financiers dont nous disposons pour articuler l’investissement pétrolier et profiter de ce moment historique dans lequel nous nous trouvons :

a) Investissement pétrolier direct via CFD (investissement minimum : 200 $)

Une méthode directe d’investissement dans le pétrole consiste à acheter des contrats sur la différence (CFD) pour le pétrole. Le CFD PÉTROLE (https://www.etoro.com/markets/oil/) nous donne une exposition directe au prix d’un baril de pétrole brut, dont le prix reproduit en le suivant directement le prix d’un baril de West Texas Intermediate, la référence pour la fixation des prix du pétrole.

Les CFD sont des produits financiers qui permettent un effet de levier (investir plus d’argent que ce dont nous disposons réellement) et dont les frais de garde sont variables. Par conséquent, investir dans le pétrole par le biais des CFD est une option recommandée pour ceux qui ont un profil spéculatif et un horizon proche, qui souhaitent détenir leur investissement pendant une courte période et être en mesure d’investir plus d’argent que ce dont ils disposent grâce à l’effet de levier.

b) Investissement direct dans le pétrole par le biais d’ETF

Une autre méthode directe d’investissement dans le pétrole consiste à investir dans des fonds négociés en bourse (ETF) basés sur le pétrole. Les ETF sont cotés en bourse et peuvent être achetés et vendus d’une manière similaire aux actions. Par exemple, l’achat d’une action du fonds pétrolier américain (USO) nous donne une exposition équivalente à un baril de pétrole.

Pour vérifier l’investissement minimum de l’ETF United States Oil Fund, rendez-vous sur : https://www.etoro.com/markets/uso.

En d’autres termes : être un produit qui nous donne une exposition directe au prix du pétrole West Texas Intermediate est hautement recommandé pour tous ceux qui ont un profil d’investisseur et un horizon à moyen ou long terme. Pour la plupart des lecteurs, ce produit peut être l’option la plus recommandable car il présente moins de risques, n’étant pas un produit à effet de levier.

c) Investir dans le pétrole indirectement par le biais d’actions de sociétés pétrolières

Comme mentionné ci-dessus, presque toutes les entreprises du secteur ont des bilans très résilients et mettent en œuvre une structure de capital et une politique de dividendes très saines. Nombre de ces entreprises ont des attentes de croissance significatives dans les années à venir, notamment lorsque les moteurs de l’économie mondiale retrouveront leur “vitesse nominale”.

Il convient de mentionner que, bien qu’investir dans ces sociétés pétrolières ne nous donne pas une exposition directe au pétrole, le prix des actions de ces sociétés maintient une forte corrélation avec le prix du baril de brent.

Malgré la réduction du dividende, Shell semble être un choix de valeur solide et représente une bonne chance, pour tout portefeuille, de réaliser un bon rendement sur le long terme, principalement parce que le prix de son action sur le marché (environ 30 $ au moment de la rédaction) est bien inférieur à sa valeur intrinsèque. Nous la recommandons avec un objectif de cours de 65 dollars par action à la fin de l’année 2024.

Pour investir dans Shell via eToro, nous constatons qu’il existe 2 variantes d’actions Shell disponibles : RDS.A et RDS.B. Les deux sont les mêmes actions Shell, mais le type A (RDS.A) est soumis à l’impôt sur les dividendes dans le pays d’origine. Par conséquent, en règle générale et est situé en Espagne ou en Amérique latine, il est plus conseillé de choisir le type B (RDS.B) : https://www.etoro.com/markets/rds.b.

Bien sûr, chez eToro, nous avons également la possibilité d’investir avec des commissions de 0 % dans les principales compagnies pétrolières mondiales, telles que BP (vous pouvez la trouver sous le symbole BP.L), Exxon Mobil (symbole XOM), Total (FP.PA), Chevron (CVX) et ConocoPhillips (COP), entre autres.

 

Avis juridique et de risque : eToro est une plateforme multi-actifs qui propose des produits CFD et non CFD. 67% des comptes d'investisseurs particuliers perdent de l'argent lorsqu'ils négocient des CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous demander si vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Ce contenu est destiné à des fins d'information et d'éducation uniquement et ne doit pas être considéré comme un conseil ou une recommandation d'investissement. Prix indicatifs à des fins d'illustration. Les performances passées ne sont pas une indication des résultats futurs. L'historique de trading présenté est inférieur à 5 années complètes et peut ne pas suffire à fonder une décision d'investissement. eToro USA LLC ne propose pas de CFD et ne fait aucune déclaration et n'assume aucune responsabilité quant à l'exactitude ou à l'exhaustivité du contenu de cette publication, qui a été préparée par notre partenaire à partir d'informations publiques non spécifiques à une entité sur eToro. 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here