L’ancien président Donald Trump a porté son combat contre trois grandes entreprises technologiques devant les tribunaux américains. Cela aura-t-il un impact sur les actions ?

Il l’a fait en intentant des procès qui, selon les experts juridiques, ont de fortes chances d’échouer, même s’il a le soutien des électeurs républicains, des collecteurs de fonds des entreprises et des donateurs individuels.

Trump a déclaré cette semaine lors d’une conférence de presse que les poursuites sont dirigées contre Facebook, Twitter et Google (en particulier YouTube), ainsi que leurs PDG respectifs et leurs principaux décideurs – Mark Zuckerberg, Jack Dorsey et Sundar Pichai. Le processus se fera par le biais d’un recours collectif.

L’ancien président américain a une longue histoire de menaces de poursuites judiciaires, mais ne donne pas toujours suite.

Dans ce cas, l’annonce a été faite dans son club de golf de Bedminster, dans le New Jersey. Il l’a fait en compagnie d’autres dirigeants qui ont fait partie de l'”America First Policy Institute”, le groupe à but non lucratif créé pour soutenir les poursuites judiciaires.

Peu après la fin de la conférence de presse, les entités politiques de Trump ont commencé à envoyer des messages de plaidoyer pour la collecte de fonds et des demandes d’argent. 

L’un de ces messages texte (SMS), était rédigé comme s’il avait été écrit par Donald Trump lui-même et comprenait un lien vers son comité conjoint de collecte de fonds “Save America”, qui collecte également de l’argent pour d’autres initiatives politiques du Parti républicain.

Dans le collimateur de Trump

Les poursuites ont été rendues publiques 30 jours après que le réseau de Zuckerberg a décidé de maintenir le compte de Trump suspendu sur la plateforme la plus populaire au monde par un certain nombre d’utilisateurs, Facebook. Il en sera ainsi, du moins, jusqu’en janvier 2023.

Twitter, quant à lui, le réseau social favori de Trump, a annulé le compte de l’ancien président en janvier 2021 et a déclaré que cette situation serait permanente.

C’était après les émeutes devant le Capitole perpétrées par un groupe de supporters de Trump.

La plainte contre Pichai, le dirigeant d’Alphabet, fait une mention spéciale de YouTube, le site de vidéos racheté par Google en 2006. YouTube a banni Trump pour une durée indéterminée au début de l’année 2021.

Trump a déclaré ne pas vouloir conclure un accord lorsque les journalistes lui ont demandé si c’était l’objectif.”“Nous ne savons pas ce qui va se passer, mais nous ne voulons pas d’un accord de quelque nature que ce soit”, a ajouté le mogul controversé.

Ce que disent les procès

Les trois poursuites sont liées et ont été déposées devant les tribunaux fédéraux de Floride. Elles affirment que les géants de la technologie ont violé les droits contenus dans le premier amendement

Le but est que les tribunaux ordonnent aux sociétés de médias sociaux de rétablir les comptes de Trump, afin qu’il puisse revenir sur les plateformes.

Ils demandent également à la cour de déclarer que la section 230 de la loi sur la décence des communications, une règle qui interdit aux entreprises technologiques d’avoir la responsabilité de ce que les utilisateurs publient, est une règle inconstitutionnelle.

Déjà lorsqu’il était président, Trump s’est déchaîné contre la section 230 de cette loi et a demandé à plusieurs reprises qu’elle soit abrogée.

En outre, il est allé jusqu’à lier cette question à une série de contrôles lancés au moment où la pandémie de coronavirus commençait à faire sentir ses effets et où l’on cherchait à faire adopter un projet de loi sur les dépenses militaires de défense.

Que va-t-il se passer pour la demande et les stocks ?

Les juristes américains doutent que cette attaque de Trump contre les grandes entreprises technologiques ait un quelconque succès.

“Ma compréhension est que le procès n’a pratiquement aucune chance”, a expliqué à CNBC un spécialiste du droit de l’Université Vanderbilt, Brian Fitzpatrick.

Le problème est que les plates-formes technologiques sont des organisations privées, et non des institutions gouvernementales, de sorte que l’affirmation concernant les violations de la Constitution ne peut pas être soutenue aussi facilement, a déclaré Fitzpatrick.

D’autre part, les analystes disent ne pas être convaincus par l’argument des poursuites selon lequel les entreprises devraient être traitées comme un gouvernement en raison de leur conduite, y compris la coordination présumée avec les équipes du président élu, Joe Biden.

Pour de nombreux analystes, il ne s’agit que d’une campagne de marketing et de relations publiques qui n’ira pas devant les tribunaux. Qui plus est, certains affirment qu’elle pourrait se terminer par une sorte de sanction à l’encontre des avocats pour avoir déposé un procès non fondé.

L’avocat représentant Trump dans les poursuites, Matthew Lee Baldwin, a refusé de discuter de l’affaire lorsqu’on lui a demandé. Il n’a pas non plus voulu donner de détails sur le moment où le procès se matérialiserait dans les tribunaux de Floride.

Actions de Facebook, Twitter et Google

Wall Street n’a pas ressenti l’impact de la nouvelle. Les actions Facebook n’ont pas bougé après l’annonce, tout comme les actions Google. En fait, toutes deux ont connu une hausse supérieure à la moyenne du S&P 500 dans les jours qui ont suivi.

Quelque chose de similaire s’est produit avec Twitter, qui est resté stable au cours des dernières séances de Wall Street.

L’annonce est intervenue le jour même où le journal britannique The Guardian a rapporté que le livre “Frankly, We Won This Election”, consacré à Donald Trump, contient des éloges de l’ancien président américain à l’égard d’Adolf Hitler. Trump aurait dit à un collaborateur : “Eh bien, Hitler a fait un certain nombre de très bonnes choses.”Wall-Street.

Trump, quant à lui, a nié avoir tenu ces propos, selon l’auteur du livre, le journaliste du Wall Street Journal Michael Bender.

Pour les collaborateurs de Trump, c’est une fake news. 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here